• Rethondes-Clairière de l'Armistice- 25 oct 2008 -

     LA CLAIRIERE DE L’ARMISTICE  RETHONDES

    Balade organisée par le Centre culturel de Vitry

     le 25 octobre 2008

     

        Beau temps en ce 25 octobre 2008, malgré une brume assez tenace qui masque le soleil et qui ne se dissipe pas. A 13 heures, en prélude à la balade sur ce lieu du souvenir des deux armistices, nous déjeunons à Rethondes, à l’auberge du Grand Maréchal. A table, on nous sert le « Menu du Poilu » :

    • Kir au cassis et au citron
    • Bol de soupe aux fèves et carottes
    • Rata : pois cassés, saucisse, lard
    • Fromage (Brie)
    • Tarte aux pommes

    Par contre, le Chef a évité les « carottes Vichy », ça faisait désordre !!!...

    Le car nous conduit ensuite dans la fameuse clairière de Rethondes, laquelle n’est justement pas à Rethondes, mais sur la commune de Compiègne, en pleine forêt. D’ailleurs,  à cette saison, les arbres sont magnifiques et on a du mal à imaginer que, de cet endroit bucolique et si beau, on envoyait des munitions lourdes pour des bombardements à longue distance… Le lieu est si calme aujourd’hui, si tendrement bucolique…

    En fait, on avait aménagé là, à l’abri d’une futaie, et donc dissimulée aux regards, une voie ferrée destinée à l’artillerie  lourde… En novembre 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale, on cherchait un endroit tranquille et discret pour les négociations. Rethondes fut choisi. Un premier train venant de Rethondes fut dirigé vers la clairière en forêt, c’était le 7 novembre 1918 : il transportait les plénipotentiaires français, avec à leur tête, le Maréchal Foch, généralissime des armées alliées. Arriva ensuite un second train, le 8 novembre à 9 heures, amenant les négociateurs allemands… Le temps était épouvantable, la forêt boueuse, et il fallut installer des caillebotis pour permettre de se déplacer d’un train à l’autre…

    Le début des négociations fut mené avec une grande sécheresse par Foch. Le 8 novembre donc, Foch fait venir dans son wagon les négociateurs allemands.

    Foch : « Quel est l’objet de votre visite » ?

    Erzberger : « Nous venons de recevoir les propositions relatives à la conclusion d’un armistice, sur terre, sur mer, dans les airs, sur tous les fronts, et aux colonies. »

    Foch : « Je n’ai pas de propositions à vous faire !

    Oberndorff : « Nous désirons prendre connaissance  des conditions de l’armistice »…

    Foch : « Je n’ai pas de conditions à faire !... »

    Erzberger : « Cependant, le président Wilson… »

    Foch : « Je suis ici pour vous répondre si vous demandez l’armistice… Demandez-vous l’armistice ? Si vous le demandez, je puis vous faire connaître les conditions auxquelles il sera obtenu. »

    Erzberger et Oberndorff (ensemble) : « Ya » !

    Le général Weygand donne alors lecture du texte proposé par les gouvernements alliés...

    Le 11 novembre 1918, à 2h15 du matin, s’ouvre la dernière séance. A 5h30, les Allemands signent le texte définitif de l’armistice. Foch signe le premier.

    A 6h15, le chef de gare de Rethondes est directement informé par téléphone par le capitaine d’Etat-major. Il se précipite sur le quai, informe ses camarades. Puis il vide les chargeurs des deux fusils qui se trouvaient sur son bureau, en tirant en l’air vers la forêt. Puis il envoie des soldats, qui feront sonner les cloches de l’église de Rethondes ! A 11 heures, ce même jour du 11 novembre, on cessa de tirer partout : la Grande Guerre était finie…

    Le site de Rethondes : Le wagon n° 2419D utilisé par le Maréchal Foch devint emblématique. D’abord resté dans la clairière, il fut transporté à Paris, aux Invalides. Puis il fut remis à Rethondes, où on l’installa dans un musée du souvenir construit en 1927. On édifia dans la clairière une grande statue de Foch. Mais le 22 juin 1940, après avoir exigé la signature d’un armistice après la victoire allemande de juin 1940, Hitler fit détruire tous les bâtiments. Le wagon de Foch fut emmené en Allemagne, et détruit par les SS en 1945. En 1950, on reconstruisit le bâtiment du musée à l’identique, et on y installa un autre wagon, en tous points identiques à celui utilisé par Foch en 1918.

    Le musée présente le wagon, des photographies du conflit de 1914-1918, des objets militaires divers : uniformes, armes, objets fabriqués de façon artisanale par les Poilus, et aussi par les soldats allemands.

    Des documents vidéo présentent aussi le conflit de 1939-1945

    Ouverture du musée  de Rethondes : tous les jours sauf le mardi :

    • Du 15 octobre au 31 mars : de 9h à 12 h et de 14h à 17h30
    • Du 1er avril  au 14 octobre : de 9h à 12h30 et de 14h à 18 h
    • Adultes : 4 euros
    • 7 à 13 ans et groupes de plus de 30 personnes : 2 euros





  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :