• Monsieur Ibrahim, par Eric-Emmanuel Schmitt, 2001

    Nous sommes à Paris, dans les années 1960. Rue bleue, il y a Moïse, un jeune Juif qui vit dans un appartement avec son père, dépressif et lugubre, et qui ne sait pas aimer Moïse. Mais dans la rue bleue il y a aussi Monsieur Ibrahim, un épicier, vous savez, celui qu'on appelle l'Arabe du coin, ouvert de très tôt le matin jusqu'à tard le soir. Entre Moïse et Monsieur Ibrahim va naître une grande complicité, qui les unit au quotidien, pour constituer une véritable famille, où chacun y trouve son compte : Ibrahim a trouvé un fils, et Moïse a trouvé  un père... De page en page l'aventure grandit au quotidien.. Quand le vrai père quitte brutalement son domicile, la vie continue pour Moïse, grâce à la sagesse et à la grand affection de Monsieur Ibrahim... Ce court roman (74 pages) a toutefois le défaut de ses qualités : son humanisme est trop lisse, trop rose.... Ah si tous les Juifs et tous les Arabes se comportaient comme Moïse et Monsieur Ibrahim, le monde tournerait mieux ! Hélas, Israel et la Palestine nous montrent que la vérité est bien différente de cette belle image fraternelle et solidaire, toute d'amour et de respect mutuel... Bref, ce roman est comme la chanson "Si tous les gars du monde..." : C'est beau, c'est grand, c'est généreux,  et ça ne sert à rien. Une belle histoire qui donne bonne conscience pendant quelques heures.en nageant en pleine utopie.. Il faut lire ce livre comme un conte...une fable...


  • Commentaires

    1
    skaograch
    Mercredi 9 Janvier à 18:20

    Du même auteur il y a pire dans le genre dégoulinade de bons sentiments : Oscar et la dame rose

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :