• Lève-toi et marche, roman de Clément Bénech, 2015

    Lève-toi et charme, roman de Clément Bénech, 2015

    Franchement, ça fait du bien de lire un bouquin qui change de la littérature nombriliste écrite par de vieilles écrivaines aigries ayant beaucoup vécu, et qui nous détaillent avec amertume leur libido flétrie, les souvenirs exaltés des émois de leur point G et leurs déceptions conjugales répétées… Ici, foin des rancœurs des mémés racornies, et pas trace du lourd érotisme épais et fané des terrifiantes cougars. Clément Bénech, l’auteur, a 23 ans, et il possède, encore préservée, toute la fraîcheur d’une jeunesse pétillante, avec ce brin d’impertinence insouciante que la vieillesse efface hélas ! Et donc, il nous entraîne à sa suite dans une  aventure : un étudiant bosse sur sa thèse de doctorat à Paris. Du moins il est censé bosser, mais en fait il consacre pas mal de son temps à sa petite copine Annabelle : ce couple de jeunes a déjà des habitudes de vieux. Et la thèse qui n’avance pas ! Du coup, il décide de s’exiler à Berlin, sur le conseil d’un de ses profs : là-bas, loin du bruit de Paris et des bras d’Annabelle, il pourra se plonger dans l’étude… Avec lui il emmène son chat, Dino, qu’il trimballe sur son épaule à travers rues et squares de la ville allemande. Mais Dino, qui n’apprécie pas ce voyage, pisse partout, et de préférence sur la couette, obligeant son maître à des lessives réitérées. Or, c’est justement dans une laverie automatique que sa route croise celle d’une certaine Dora, sorte d’emmerdeuse énigmatique. Bien entendu, après quelques échanges et deux ou trois infos sur le fonctionnement de la machine à laver, on se revoit, et pas pour préparer une thèse. Non, on se revoit pour le cul, comme toujours, dans ce grand élan auquel on donne toutes sortes de noms, cochons ou romantiques, mais qui n’a qu’un but : surpeupler la Terre de mouflets en excès… Cette baisouillette d’outre-Rhin n’empêche nullement notre héros d’appeler au téléphone sa copine Annabelle restée à Paris ; et même ils se font un petit strip-tease mutuel et virtuel, par l’entremise de la webcam de leurs ordinateurs… Hélas, ils n’arriveront pas à l’orgasme, à la suite d’une panne internet, et ce bug malencontreux va interrompre leurs ébats ! Tout cela est raconté avec légèreté et humour, comme quoi les jeunes savent dédramatiser le sexe : de quoi faire hurler d’indignation les octogénaires et autres vieux à principes… Au bout de quelques mois et après diverses péripéties que je vous laisse le soin de découvrir, notre étudiant, qui a fort peu travaillé à Berlin, retrouve Paris, retrouve Annabelle, et soutient sa thèse… Et il l’obtiendra !... Un bon roman, vite lu, et qui témoigne dans la littérature d’un renouveau qui bouscule à la fois les codes de l’écriture et ceux de la morale. Une belle bouffée de jeunesse !


  • Commentaires

    1
    CB
    Dimanche 2 Août 2015 à 20:30
    Merci pour cette chronique bien vue et bienveillante. Clément B.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :