• Le Voyageur imprudent, roman de René Barjavel, 1943

    Le Voyageur imprudent, roman de René Barjavel, 1943

    Se souvient-on encore de René Barjavel ? J’en doute.  Disparu en novembre 1985, il a été essentiellement un journaliste, et un romancier de science-fiction. Toutefois, Barjavel se distingue  de ce genre,  où les auteurs ne cherchent souvent qu’à  raconter une histoire pleine d’aventures  extraordinaires. Barjavel y  ajoute une autre dimension, en exprimant ses propres convictions au cœur des ses ouvrages.  Car Barjavel est hanté par deux thèmes majeurs : les excès du progrès technique, et l’horreur de la guerre...  En contrepoint à ces deux thèmes, Barjavel  croit au sentiment de l’amour, seul capable de sauver ce qui peut l’être de l’humanité. Dans chacun de ses livres, on retrouvera donc tout cela : le penchant incoercible des hommes pour la guerre, la recherche du progrès sans frein, et puis bien sûr l’amour.  Dans « Le voyageur imprudent ». Barjavel  raconte l’histoire d’un jeune homme, Pierre Saint-Menoux, épris de mathématiques, qui rencontre un vieillard, sorte de savant fou, qui a mis au point une machine qui permet de voyager dans le temps, soit pour retourner dans le passé, soit pour se projeter dans l’avenir. Le vieillard fait de Pierre son cobaye, et lui confie plusieurs missions d’exploration du temps, afin de répondre à diverses questions dont celle-ci : si on retourne dans le passé, peut-on en modifier tel événement en vue d’empêcher un malheur ultérieur ?... Notre héros, après chaque voyage dans le temps, retrouve le vieux savant, mais aussi... la fille de ce dernier, Annette, qui est, bien sûr, belle comme le jour, fraîche comme une source pure, et innocente au possible, à l’opposé des bads girls contemporaines, qui fument et rotent comme les mecs, histoire de montrer que l’égalité n’est pas un vain mot !... Et dans cette histoire à travers le temps, l’amour va naître, puisqu’il est, lui,  de tous les temps !... Mais attention, pas l’amour façon Christine Angot, avec point G, clito, sex-toy et orgasme toutes les trois lignes !! Non, ici, c’est juste une petite rougeur qui vient aux joues et deux mains qui se frôlent !... Ce livre de René Barjavel  n’est sans doute pas le meilleur de son oeuvre, d’autres titres lui sont supérieurs, tels Ravage ou encore Tarendol. Mais il est agréable à lire par les thèmes évoqués, de quoi réfléchir à ce que deviendra le monde futur, dans quelques siècles ou quelques millénaires.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :