• Le Souffle des Dieux, roman de Bernard Werber, 2005

    Le Souffle des Dieux, roman de Bernard Werber, 2005

    J’ai terminé la lecture du Souffle des Dieux. Il m’a fallu beaucoup de courage et de ténacité pour venir à bout de ce lourd pavé logomachique de 535 pages. J’ai rarement parcouru un bouquin aussi chiant. Constamment chiant : de la page 1 à la page 535. L’auteur nous y raconte une histoire abracadabrante de mortels décédés et devenus dans l’au-delà des élèves-dieux. Leurs noms ? Edith Piaf,  Jules Verne, Mata-Hari, Saint-Exupéry, Simone Signoret, Proudhon, Clément Ader, etc... Tous ces personnages suivent des cours, et leurs profs sont Sisyphe, Atlas, Héraklès, Zeus, bref les personnages de la Mythologie grecque, que vous aurez reconnus si vous avez été à l’école avant le réforme de Najat Vallaud-Belkacem, laquelle veut faire de l’éducation nationale une usine à cons incultes. A sa décharge, elle ne fait qu’accentuer le mouvement, commencé depuis longtemps, dans l’unique but de donner le bac à tout le monde, y compris la majorité de cancres qui compose la France profonde. C’est comme si on décidait que le Marathon, demain, ne fera plus que 42 mètres au lieu de 42 kilomètres, afin que chacun puisse le courir au nom de l’égalité et de la non-discrimination ! Mais je m’égare ! Revenons au bouquin. Que font nos héros ? Je l’ai dit, ils tentent d’apprendre à devenir des dieux. Une sorte de jeu. On lit alors des histoires où il est question de toutes sortes de peuples : les hommes-baleines, les hommes-rats, les hommes coqs, les hommes-aigles, les hommes-tigres, etc... En fait on reconnaît (si on est instruit, on en revient à Belkacem !) diverses histoires de la mythologie ou de l’histoire, entre autres la Guerre des Gaules et Jules César, déguisé ici sous le pseudo Mèche Blanche. Et puis, çà et là, entrelardées dans le roman, Werber nous colle de courtes tartines culturelles intitulées Encyclopédie, afin d’inculquer un peu de savoir dans les têtes de ceux qui lisent le bouquin. Ces morceaux encyclopédiques constituent une menue ratatouille épouvantable de thèmes sans le moindre rapport entre eux : le suicide des lemmings, la déesse Héra, les muses, la sélection des espions par la CIA, le lézard lepidodactylus lugubris, Thomas Hobbes, le mouvement anarchistes... On dirait des titres de la collection Que-Sais-je ?...mais en très court et très simplifié, pour ne pas casser les petites têtes fragiles qui renâclent devant tout ce qui contribue à l’intelligence, à l’instruction, à la culture générale ! Et dire que ce bouquin fait partie d’une trilogie, autrement dit il y a deux autres titres à se fader ! Ah misère ! Que les dieux m’en préservent !


  • Commentaires

    1
    Sophie
    Dimanche 31 Mai 2015 à 11:22
    Bonjour Bob, Je viens de temps à autre voir si tu as lu un livre qui ne fasse pas l'objet d'une critique assassine ! Je me pose la question de savoir si, de temps à autre (pas trop souvent hein !!!) tu éprouves du plaisir à choisir un livre plaisant, prenant, attachant, etc etc... Amicalement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :