• La Colère du Tifre, pièce avec Claude Brasseur et Michel Aumont, 2015

    La Colère du Tigre, pièce de Philippe Madral, 2014

    Au théâtre de la Gaîté-Montparnasse, on peut voir actuellement cette pièce, dans laquelle jouent Claude Brasseur et Michel Aumont, deux grosses pointures  du monde des acteurs, secondés par deux actrices dont toute la presse se contrefout, hélas : Sophie Broustal dans le rôle de l’éditrice, et Marie-Christine Danède, qui interprète la servante. Quant à Claude Brasseur, il joue le rôle du Tigre, autrement dit Clémenceau, je le précise pour la  jeunesse inculte, tandis que son compère Michel Aumont joue le rôle du peintre Claude Monnet... J’ai vu cette pièce l’autre soir, ce qui m’a permis de revoir le quartier Montparnasse, que j’avais déserté depuis longtemps. J’ai constaté au passage le développement assez fabuleux des sex-shops et autres boutiques de cul dans ce quartier ! Pigalle et Clichy n’ont qu’à se rhabiller, si j’ose dire !!! J’en viens à la pièce : elle raconte  les empoignades de deux vieux chnoques célèbres : Clémenceau et Claude Monnet. Clémenceau a obtenu de mettre un beau local, L’Orangerie, à la disposition  de Claude Monnet, pour y exposer ses immenses toiles des Nymphéas. Mais Claude Monnet fait son caprice de star : il ne se dit pas prêt, il a de gros problèmes de vue, distingue mal les couleurs, bref ça fait trois fois qu’il refuse de donner ses toiles ! D’où l’empoignade de ces deux amis... En arrière-plan et en filigrane, on nous dit, sans originalité,  les soucis traditionnels des seniors au soir de la vie : le temps qui passe, les amours pas évidentes, et puis on voit le Tigre redevenir agneau pour sa jeune éditrice de 40 ans de moins que lui et dont il tombe amoureux ! Pas étonnant ! Un tigre, ça préfère croquer de la chair fraiche plutôt que de la carne  fibreuse !... Les décors sont très beaux et simples à la fois... Par contre, il faut bien dire que je sujet est un peu maigrelet et le ton assez superficiel... Ce n’est ni philosophique, ni rigolo, ni même historique, pas très psychologique non plus... Passe-t-on un bon moment de théâtre ? Mouais, mais sans plus. On dirait que la pièce a été juste le prétexte pour faire jouer Aumont et Brasseur... D’ailleurs la presse ne parle que de ces deux-là, et les deux actrices sont  délibérément ignorées, rejetées dans l’ombre ! Dommage, car Marie-Christine Danède est excellente dans le rôle de la servante de Clémenceau. Conclusion : un spectacle moyen, vaguement ennuyeux, surtout pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de Clémenceau et de Claude Monnet, et à mon avis, à l’ère de la culture-smartphone et TF1, il doit y en avoir pas mal, de nos jours !!!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :