• L'âne et l'abeille, par Gilles Lapouge, 2014

    L’Âne et l’abeille

    Voici bien le plus étrange livre qu’il m’ait été donné de lire depuis longtemps. Donné, c’est le mot qui convient, puisqu’il m’a été offert par la jeune Inès Amarouche, qui a eu non seulement l’idée de me l’offrir, mais celle aussi de me le faire dédicacer par son auteur, Gilles Lapouge. Livre étrange donc, car il ne se range dans aucune catégorie littéraire connue. Ni roman, ni autobiographie, ni documentaire, ni pamphlet, il est une sorte d’errance débridée de l’esprit, allant de la poésie à la réflexion philosophique, en passant par les sciences naturelles, la biologie... L’auteur se rappelle un petit poème de Francis Jammes appris autrefois à l’école :

    « J’aime l’âne si doux

    Marchant le long des houx

    Il prend garde aux abeilles

    Et bouge les oreilles ».

    L’auteur se demande pourquoi ces vers de Francis Jammes font cohabiter en quatre lignes deux animaux, l’âne et l’abeille. Pour lui, ce ne peut pas être une simple coïncidence. Il y a sans doute des lignes secrètes qui unissent ces deux bêtes si dissemblables en apparence.  Et l’auteur, dans une rêverie  cultivée, et à travers de multiples anecdotes empruntées à la littérature, à l’histoire et aux sciences, croit avoir trouvé un point commun entre l’âne et l’abeille : en effet, la ressemblance tient dans la façon d’aimer : Aliboron et Maya ont en commun de transgresser la règle qui veut que l’on ne puisse aimer que des êtres de son espèce. L’âne en effet peut s’unir à la jument, et l’ânesse au cheval, donnant naissance alors respectivement au mulet ou au bardot. De son côté l’abeille, elle, bien que dépourvue de sexe lorsqu’elle est ouvrière, fait cependant l’amour avec les fleurs, puisqu’elle les féconde, et que les fleurs font tout pour séduire les abeilles ! Etonnante thèse, appuyée par de nombreuses citations tirées de toutes sortes d’œuvres à travers l’Histoire, la Bible, la littérature. Mais l’auteur ne cherche pas à prouver ses dires, son ouvrage n’est pas une communication scientifique, il nous livre le fruit de nombreuses observations qu’il glane, recoupe, et dont il tire sa conclusion : l’âne et l’abeille n’aiment pas comme tout le monde !... Poétique, fantaisiste et primesautier, ce livre ne sera pas apprécié des gens trop sérieux. Sans compter qu’il faut avoir l’esprit curieux et un tantinet cultivé pour en faire son miel !...

    Bio : Gilles Lapouge est un journaliste et écrivain français. Et ce n’est pas un perdreau de l’année, puisqu’il est né en 1923. Oui, vous avez bien lu. Il a donc franchi le cap des 91 ans, et il publie toujours. Il passe son enfance en Algérie où son père est militaire. Après des études d'histoire et de géographie, il devient journaliste. En 1950, il part pour le Brésil. Pendant trois ans, il travaille pour le quotidien brésilien O Estado de São Paulo, dont il restera le correspondant en France pendant plus de quarante ans. De retour en France, il collabore au Monde, au Figaro Littéraire et à Combat. Il participe à l'émission de Bernard Pivot Ouvrez les guillemets qui deviendra Apostrophes. À France Culture il produit l'émission Agora puis En étrange pays. Il fait partie du comité de rédaction de La Quinzaine littéraire. Il a reçu le prix Pierre Ier de Monaco pour l'ensemble de son œuvre. En 2014, à 91 ans, il publie L’Âne et l’abeille. Bel exploit.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :