• Le colonel déboucha le pot à café et constata qu'il n'en restait plus qu'une petite cuiller. Il retira la marmite du fourneau, versa la moitié de l'eau sur le sol de terre battue et gratta avec un couteau l'intérieur du pot au-dessus de la marmite jusqu'à ce que les dernières plaques de poudre de café collées à la rouille se soient détachées.


    votre commentaire
  • Je suis né maigre et je n'ai pas pleuré. Si j'avais eu des dents, je les aurais serrées. Si j'avais su ce qui m'attendait. Ce qui m'attendait ? Rien, justement. Ni personne. Mon père ? un ouvrier. Comme mon frère, quoi qu'il en dise. Ma mère travaille à la Poste. Ma soeur roule en mobylette.


    votre commentaire
  • Je ne me suis pas toujours appelé du nom que je porte, et c'est comme si j'avais vécu une autre fois. C'est comme si j'avais été un autre. Mais de cet autre, je n'ai aucun souvenir.


    votre commentaire
  • Je m'appelle Q...P... et j'ai trente et un ans, trois mois. Taille 1m78, poids 67 kg. Yeux marron, cheveux bruns. Corpulence moyenne. Quelques taches de rousseur sur les bras et sur le dos. Astigmate des deux yeux, port de verres correcteurs obligatoire pour conduire.


    votre commentaire
  • Ils avaient laissé ouverte la porte de la chambre. Cécilie sentait monter à l'étage les odeurs familières si caractéristiques  de Noël. Elle s'amusa à les reconnaître les unes après les autres.


    votre commentaire
  • Ce matin-là, je reçus une lettre d'un genre nouveau :

    Chère Amélie Nothomb,

    Je suis soldat de 2è classe dans l'armée américaine, mon nom est Melvin Mapple, vous pouvez m'appeler Mel. Je suis posté à Bagdad depuis le début de cette fichue guerre. Je vous écris parce que je souffre comme un chien.


    votre commentaire
  • Etonnante destinée que celle de Mazarin. Cet Italien dont on ignorait l'exact lieu de naissance, successivement étudiant en Espagne, capitaine de l'armée papale, secrétaire et diplomate du Souverain Pontife, parvint en quelques années, après avoir revêtu l'habit ecclésisastique, à devenir et à rester le principal ministre de la France.


    votre commentaire
  • En l'an mille débuta... Vous avez de l'audace, les historiens. Si semblables précisions étaient autre chose que décrets du bon plaisir, on saurait à quoi s'en tenir sur l'existence de Dieu.


    votre commentaire
  • Au mois de mars 1912, il se produisit dans le port de Naples, lors du déchargement d'un grand transatlantique, un étrange accident sur lequel les journaux donnèrent des informations abondantes, mais parées de beaucoip de fantaisie.


    votre commentaire
  • Il y a maintenant soixante ans que je l'ai vu pour la première fois, et pourtant c'est comme si c'était hier. Souvent, il me disait :"Quand je serai mort, vous penserez toujours au petit Marcel, car vous n'en trouverez jamais d'autre comme lui". Et aujourd'hui, je vous bien qu'il avait raison, comme toujours d'ailleurs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique