• Ce court roman raconte l'histoire de deux personnages, une histoire qui se limite à leur voyage ferroviaire en Russie, dans le Transsibérien, ce train mythique qui traverse l'immensité russe sur des milliers de kilomètres. Les deux personnages sont Aliocha, un jeune conscrit russe, et une Française, Hélène.... Le hasard les rapproche, et ils vont partager le même compartiment, tandis que résonnent les bruits de bottes de l'armée, à la recherche d'un déserteur... Scénario un peu maigrelet, inspiré à 'auteur par un voyage qu'elle a effectué en Russie avec d'autres écrivains.  Lecture sans grand intérêt, mais heureusement ça se termine vite,  127 pages seulement avec une typographie aérée et de belles marges ! Je n'ai rien lu d'autre de Maylis de Kérangal, et je réserve donc mon jugement.... J'espère que le reste de son oeuvre est plus convaincant... à suivre... L'espoir fait lire !!!...


    votre commentaire
  • Les meilleurs auteurs ont le droit d'âtre mauvais de temps en temps ! C'est le cas ici avec ce petit traité... Fred Vargas, qui nous enchante souvent des ses récits pleins de suspense, nous endort ici avec ce recueil laborieux, pesant, lancinant, répétitif... Il se veut dans doute humoristique, mais bon, l'humour n'est pas donné à tout le monde, sans compter qu'on n'en a pas tous la même conception.... Certes, je n'ai rien contre les maximes, aphorismes et autres propos sur l'existence, mais ici, ils sont dilués dans une prose verbeuse qui démarre pourtant bien sur un mode pétillant et inventif, mais pour mieux s'enliser dès la page 3 dans les redites, le bla-bla assez creux, les diversions qui se veulent rigolotes, mais qui tombent à plat.... Mais bon, que ma critique ne vous détourne surtout pas de Fred Vargas ! Elle vaut mille fois mieux que cette pochade qui n'aurait jamais dû sortir de son tiroir ! Mais c'est ça : quand vous êtes devenu célèbre, vous pouvez faire tout publier, même vos scories d'écriture, vos brouillons, le moindre papelard noirci de quelques phrases ! L'éditeur les accepte volontiers, et il sait que le lecteur-pigeon achètera le bouquin, au seul vu du nm de l'auteur ! Et hop, un bouquin de plus de vendu ! Il n'y a pas de petits profits !  Allez, on oublie ce Vargas !


    votre commentaire
  • Un super-polar suédois, écrit en suédois, traduit très bien, dans un français irréprochable.. Et une histoire prenante. Comme je les aime : un meurtre bien sûr, une enquête évidemment,  de fausses pistes, des doutes, du suspense... Tout cela est rondement mené par l'auteur, Carin Gerhardsen, une femme qui sait aller au-delà des faits, et faire naître toutes sortes d'émotions, des émotions qu'elle sait nous faire partager... Le début est presque banal, bien qu'étrange : au petit matin, dans une forêt, on découvre le corps d'un homme, abattu par balles. Il s'agit de Sven Erlandsson, un entraîneur de foot, qui revenait seul chez lui après une soirée passée avec des amis. Crime étrange : la victime est un homme marié, honorablement connu... Dans sa poche, on trouve quatre cartes à jouer.. L'enquête révélera qu'il jouait souvent au poker avec ses amis, mais pourquoi quatre cartes seulement dans sa poche ?... L'enquête démarre ; mais pas l'enquête d'un homme seul façon Maigret ou Columbo : ici c'est tout un commissariat qui est mobilisé, une équipe d'enquêteurs. Ils n'ont pas tous le même profils, ni les mêmes convictions, mais ils savent tout mettre en commun avec comme unique objectif : établir la vérité, trouver le criminel... Or, au cours des investigations dans l'entourage et les amis de la victimes, on découvre presque par hasard que trois jeunes filles ont disparu dans des circonstances diverses : le mystère s'épaissit ! Ces disparitions ont-elles un lien avec le meurtre commis ?...Et on aura donc, dans ce roman, deux histoires policières : la première est l'enquête qui va conduire à l'identification et à l'arrestation du meurtrier de l'entraîneur de foot. Une fois ce dernier sous les verrous, une seconde enquête démarre : que sont devenues les trois jeunes filles disparues... Et là, de terribles découvertes se font jour, qui éclairent le meurtre d'un jour nouveau, un jour bien sombre...  360 pages d'une excellente littérature policière. Un livre à ne pas manquer, qui nous montre, s'il en était besoin, combien la nature humaine est diverse, et parfois terrible et désespérante. 


    votre commentaire

  • votre commentaire