• Ce n'est pas banal, un arbre qui parle, un arbre qui pense, qui aime, qui souffre, qui se souvient ! Un tel arbre existe pourtant dans le roman de Didier Van Cauwelaert. L'arbre est un poirier, il s'appelle Tristan, et près de lui il y a un autre poirier, sa compagne végétale nommée Isolde. Evidemment ces deux noms ne diront rien à ceux qui n'ont pas dépassé dans leurs lecture la collection Harlequin et les BD nippones ! Tant pis pour eux, fallait se cultiver ! Mais il n'est pas trop tard, cherchez Tristan et Isolde sur Google, moi j'ai pas le temps de tout expliquer !...... Tristan est un poirier vénérable, il a 300 ans, c'est dire qu'il en a vu, des générations humaines et qu'il fut témoin de bien des drames, des amours, et même des pendaisons à ses branches qui ont servi de gibet... ! Il fut planté au temps de Louis XV, et voici que dans les toutes premières pages du livre, il est abattu par les propriétaires du terrain.. Mais le vénérable poirier, faudrait pas le prendre our une pomme !  Et même débité en bûche, même sculpté en statuette par une petite fille devenue grade et artiste, il nous livre ses mémoires et ses états d'âme. Ce vieux poirier se révèle un être sensible, et bien qu'étant arbre, il n'est pas de bois !!!... Bref, ce roman n'est pas un livre comme les autres, il nous fait communier avec la vie des hommes mais aussi avec la grande harmonie et le bel équilibre de la nature, un équilibre hélas précaire, du fait précisément des nuisances humaines... A lire au-delà des lignes, il faut  méditer ce roman plein de sève et de sagesse.


    votre commentaire
  • Voici un bien mauvais polar, mais un bien beau livre, vrai et profondément humain ! Un bien mauvais polar, cela veut dire qu'ici, hélas, on n'est pas dans la fiction, mais dans la vraie vie, une vraie vie qui va jusqu'à la vraie mort.. L'auteur, Nicolas Verdes, policier, nous raconte ici la vie quotidienne obscure et dévouée de tous ces policiers, sans horaires, à la vie de famille bousculée, ces policiers à l'oeuvre de jour comme de nuit, à cause de la crapulerie humaine omniprésente, sous les formes les plus variées, de la petite délinquance du quotidien qui pourrit la vie des citoyens, jusqu'à la plus extrême violence, au crime, à l'assassinat. Nous suivons dans cet ouvrage la vie  et la mort d'un jeune policier de Rennes, qui mourra abattu  de six balles de gros calibre par des malfrats ! Pas d'emphase, pas d'effets de manches, L'auteur n'est pas ici avocat ; il ne plaide pas, il n'est pas justicier et ne crie pas vengeance.. Il montre  une vie d'homme, une vie de policier.... Il montre sa famille, ses enfants, la douleur d'une femme enceinte à qui on apprend que son mari a été abattu au cours d'un contrôle de police..... Ce livre mériterait mieux qu'un prix littéraire ! On devrait obliger tout gilet jaune interpellé pour violence à le lire à haute voix, debout, jusqu'à ce une réflexion s'ensuive !  A l'heure où on lance un appel aux dons pour offrir de l'argent à un salopard délinquant qui frappe à terre des CRS, il est important de lire ce bouquin. 


    votre commentaire
  • Tandis que soufflait la bise hivernale de janvier en Alsace, je me suis plongé dans une aventure exotique dans une île du bout du monde, aux plages inondées de soleil. J'ai donc choisi de lire une aventure de Bob Morane : "L'Île du Passé"... Voici le thème : Bob Morane et son fidèle compagnon Bill Ballantine séjournent en Nouvelle-Guinée, et ils ratent l'avion qui doit les emmener plus loin.. Pas de chance ! Et il n'y a pas d'autre vol avant une semaine ! Tandis que nos deux compères se lamentent, une jeune fille, Pearl, qui les a entendus, leur propose son avion personnel. Fille de milliardaire, la jolie meuf aux petites griffes nacrées fait le tour du monde pour meubler son oisiveté dorée (Ah si les gilets jaunes savaient ça !!!). Bob et Bill acceptent la proposition de Pearl, et voici le trio qui s'envoie en l'air (en toute chasteté) avec l'adorable Pearl et son avion de luxe de fille-à-papa.. Mais après avoir échappé à un gros orage, leur avion a dévié, et ils sont soudain attaqués par un avion mystérieux qui les mitraille et les contraint de se poser sr une île...  Ils y découvrent une chose étonnante : des routes pavées grossièrement, qui évoquent les voies romaines.. Etrange.. Et soudain, voici qu'apparaît un curieux personnage, revêtu d'une tunique et d'une cuirasse de cuir, et pilotant un char romain !  L'avion a-t-il remonté le temps ? ... Pas du tout !  Nos trois amis découvrent bientôt qu'un individu a recréé sur l'île le faste de la vie romaine ! Mais hélas, il a d'autres ambitions ! Après avoir capturé Bob Morane, Bill Ballantine et la délicieuse Pearl, il veut en faire des gladiateurs, les faire combattre dans les jeux du cirque, et goûter la joie ineffable de les voir périr sous ses yeux ! ... Aïe !  Il va de soi que nos trois héros n'adhèrent en rien à ce projet ludique ! Mais comment vont-ils faire pour s'en sortir ? mystère ! Mais ils s'en sortiront, forcément !  C'est la loi du genre, dans les aventures de Bob Morane, que je relis avec délice, comme au temps de mes années-lycée !... 


    votre commentaire
  • Jérémie a gagné un voyage pour deux à Venise. Il comptait y aller avec son amie Candice, mais celle-ci le vire : "casse-toi pauv'con ! ", comme a dit Nicolas Sarkozy, du temps où il était président de a république française....Jérémie ne se remet pas de cette rupture ! Il y a pourtant des millions de filles dont les organes, en tout comparables à ceux de Candice, feraient l'affaire en matière amoureuse.. mais non, Jérémie veut Candice, ce qui prouve que l'amour n'est pas seulement aveugle mais stupide... or, alors qu'il visite le musée Guggenheim de Venise, Jérémie est fasciné par un tableau de Magritte, fait un malaise et se retrouve happé dans le tableau, dans lequel il revit une scène de cul torride avec Candice !.. De retour à la vie réelle, il n'a de cesse de renouveler l'expérience, avec mille moyens tarabiscotés, et peu vraisemblable.. Le roman patauge beaucoup, on pédale dans un surnaturel laborieux.. En outre l'auteur nous inflige des références picturo-culturo-biographiques sur le peintre René Magritte, tous détails un peu chiants.. Où mèneront ces expérimentations diverses en vue de retrouver Candice ? Où est le rêve, où est le fantasme, où est la réalité ?  Tout cela se mélange dans ce roman, heureusement court, car on ne supporterait pas 500 pages sur l'addiction de Jérémie à l'amour de Candice... Il est vrai que Cauwelaert est familier des histoires où le vrai se mêle au surnaturel... Y en a qui aiment... Moi ça dépend.. Ici, c'est moyen...


    votre commentaire
  • Ce livre a reçu le Grand Prix du roman noir français au festival de Cognac 2005. La récompense est méritée. On a en effet ici un roman policier d'excellente facture.  Et pour le prix d'un polar, on a en même temps une sorte de docu-fiction, puisque l'histoire se passe en 1869, dans les derniers jours de 'Empire de Napoléon III, juste avant la guerre de 1870.. L'auteur excelle à nous faire revivre le Paris de l'époque, la misère ouvrière et les joies simples des travailleurs, la condition des prostituées dans les fameuses maisons closes, alors très à la mode.. Et dans cette ville-lumière aux coins sombres, rôde un terrible criminel, un tueur en série nommé Pujols. Admirateur de Lautréamont, il s'inspire de l'oeuvre de l'écrivain "Les Chants de Maldoror", pour perpétrer des crimes épouvantables, avec un raffinement de cruauté. La police le traque impitoyablement. Pas d'ADN ni de police scientifique à l'époque, l'enquête se base sur les indicateurs, les mouchards, les prostituées.. Intelligent, le tueur en série multiplie les assassinats, tous plus cruels et épouvantables les uns que les autres... La police le recherche, de ruelle en taverne et paiera un lourd tribut  au cours de cette chasse à l'homme... On ne dira rien de la fin, bien sûr, mais sachez que vous lirez cette histoire sans une minute d'ennui, et en ayant l'impression de revivre cette époque étrange au seuil de la guerre de 1870 et à la veille des terribles affrontements de la Commune de Paris. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique